FAMILLE LE MOINE DE MARGON : L’HISTORIQUE

le chateau de Margon

 

............Cette famille ancienne réside en Languedoc à partir de la fin du 16 ieme siècle, région ou elle est encore propriétaire du château de Margon, village proche de Pézenas dans l’Hérault..... Famille apparement de noblesse inachevee en 1789..............

HYPOTHESE 1 proposée par Monsieur Hubert de VERGNETTE,d’apres ses travaux aux Archives Nationales dans le Minutier Central des notaires parisiens, d’apres les travaux de Yannick du Guerssy, ancien archiviste départemental du Gard ....

la filiation prouvée est la suivante :

1/Denis LE MOYNE, maitre-cordonnier et bourgeois de Paris, mort avant 1573, pére de :

2/François LE MOYNE était marchand de chevaux et archer du guet à cheval en 1588, pére de :

3/Nicolas LE MOYNE était maitre-charron et carrossier, pére de :

4/Nicolas LE MOYNE était lui aussi maitre-charron et épousa Madeleine LE PERE

Ces diverses professions, très honorables, leur permettaient de se dire bourgeois de Paris.

HYPOTHESE 2 proposée par diverses sources : le texte ci-dessous est en partie la reproduction du texte du NOBILIAIRE de France de M. de SAINT ALLAIS avec ajout de tous les détails et rectificatifs disponibles d’apres d’autres sources comme les notes de Michel de LA CASINIERE, etc…)

extrait du nobiliaire de vitton st allais page1 page402 page403 page404 page405 page406 page407 page408

Les origines remonteraient vers 1250 ……..

(1180 1223 : PHILIPPE AUGUSTE)

(1226-1270 : LOUIS IX)

 

Robert LE MOYNE prend part à la premiére croisade vers 1100

puis.....

(1270-1285 : PHILIPPE III)

Le celebre cardinal Jean LE MOINE, né à Crecy en ponthieu (Somme) vers 1250, chanoine d’Amiens et de Paris, doyen de la cathedrale de Bayeux entre 1288 et 1292, évêque d’Arras, il est élu évêque de Meaux en 1293 mais il semble que cette nomination soit restée sans effet par suite de son élévation au cardinalat le 18 septembre 1294 par le pape Célestin V au titre des Saints-Pierre et Marcellin…….

Le pape Boniface VIII le chargea d’une mission infructueuse aupres de Philipe-le-Bel.

Il devient Vice-chancellier de l’Eglise Romaine et Camerlingue le 6 novembre 1305 soit legat du pape Clement V : avec les privilèges pastoraux liés à la libre prédication, à l'administration du sacrement de pénitence et au droit d'inhumation, les papes (surtout Martin IV avec la bulle Adfructus uberes de 1281) inaugurèrent la participation, devenue nécessaire, des deux ordres mendiants (les franciscains et les dominicains) au salut des âmes, charge qui, selon l'ordre canonique habituel, incombait seulement aux prêtres de paroisses (proprii sacerdotes). Cette opposition entre clercs séculiers et clercs réguliers prit de plus en plus d'ampleur et d'importance au cours des siècles. Le principe de la charge d'âmes in situ (paroisse) se développa sur le territoire de la circonscription paroissiale. Le pape Boniface VIII qui, déjà comme cardinal, en 1290, avait traité de cette querelle, chercha un compromis dans la décrétale Super cathedram du 18 février 1300.

Jean LE MOINE, cardinal et canoniste (1313), commenta cette décrétale dès son arrivée à la curie. Ce commentaire entra comme une glossa ordinaria de la décrétale dans l'édition imprimée des Clementinae et eut une influence déterminante sur la discussion jusqu'à l'époque moderne.

En 1301, le cardinal Jean LE MOINE, chargé de poursuivre l'exécution testamentaire de Jean Cholet après la mort de Gérard de Saint-Just et d'Evrard de Nointel, donne au collège ses seconds statuts. Ceux-ci consacrent un paragraphe à la bibliothèque et aux boursiers qui en ont la charge, les " librarii " : étudiants en théologie, par ailleurs responsables de la formation des boursiers artiens, ils doivent présenter chaque année, dans la première semaine du Carême, un inventaire à jour des livres de la bibliothèque. Ces statuts, largement stéréotypés, ressemblent à ceux de nombreux collèges contemporains, comme celui du Cardinal Lemoine. (sources : bibliothèque médiévale du collège des Cholets)

Il fonda, rue Saint-Victor, le collège JEAN LE MOINE qu'il installa dans une maison que l'abbaye de Saint-Victor avait donnée aux Ermites de Saint Augustin et devant lequel la rue qui porte son nom a été ouverte et qui fut détruit à la Révolution, collège très important notamment au XVI ieme siècle et qui comptait encore 250 élèves au moment de la révolution.

Il mourut le 22 aout 1313 en Avignon où la Papauté s’installa en 1309. (sources : www.histoire-en-ligne.com) et fut inhumé à Paris le 1 ier octobre 1313 dans la chapelle du collège.

Ses armes étaient : d’argent à trois clous de la Passion de sable ; chef de gueule (ou d’azur selon certaines versions ????) à trois bandes d’or...

La rue qui porte ce nom à Paris est une section de l’ancien chemin qui à l’extérieur longeait les remparts de Philippe Auguste.

Il existe aussi une station de métro à son nom………

 

(sources : armorial des rues de Paris)

 

Son frère, André LE MOYNE ou LE MOINE "de CRECY", évêque-comte de Noyon de 1304 à avril 1315, date de son décès dans sa maison de campagne de Sempigny prés de Noyon le 11 avril 1315.

Cofondateur du college, il fut inhumé le 7 mai à Paris dans la chapelle du collège JEAN LE MOINE où était déjà inhumé son frère Jean depuis 1313…..Il était pair de France.

Il était né à Crecy-en-Ponthieu (Somme).

1/René LE MOYNE cousin du cardinal, mort en 1285, pére de Jean LE MOYNE, chevalier du Temple, brulé vif en 1313 et de

 

2/ Joseph LE MOYNE chevalier qui épouse en 1301 Gabrielle de la Roque d'ou

(1285-1314 : PHILIPPE IV)

(1314-1316 : LOUIS X)

(1316-1322 : PHILIPPE V)

(1322-1328 : CHARLES IV)

3/Joseph Michel LE MOYNE tué à la bataille de Poitiers de 1356, epoux en 1343 deJeanne Madeleine de MONTHIEU : pére de :

(1328-1350 : PHILIPPE VI)

(1350-1364 : JEAN II)

4/ Pierre LE MOYNE marié à Anne de MARCILLAC en 1379 d'ou :

(1364-1380 : CHARLES V)

(1380-1422 : CHARLES VI)

5/Guillaume LE MOYNE, premier ministre d'Alphonse V, roi d'Aragon (1416-1458), pére d'Aloïse et de François "MONACHI", souche de 2 branches qui s'illustrerent en Naples et en Sicile

(1422-1461 : CHARLES VII)

(1461-1483 : LOUIS XI)

6/Aloïse LE MOYNE "MONACHI" épouse en 1465 Cornelia CAZASSA : il est le pere de :

 

7/Jean LE MOYNE "MONACHI" établi à Riom et marié à Jeanne de VIRIEU. Il est nommé avec la qualité de magistrat dans le condicile de Sibuet de Virieu, seigneur de Faverges du 29 décembre 1494

(1483-1498 : CHARLES VIII )

(1498-1515 : LOUIX XII)

Ce fut probablement lui qui signa au mois de décembre 1497 l’acte de ratification faite par Jean, comte de Foix, de l’échange passé entre noble Antoine de Rastel, écuyer, co-seigneur de Rocheblave et noble Barthomieu de Pena, co-seigneur du même lieu.

La famille de VIRIEU est toujours propriétaire du château de Virieu : voir photos et histoire

 Il est le père de :

                                                - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

8/ Jean Francois LE MOYNE qui possédait, du chef de ses ancêtres maternels, un fief noble à Riom.

voir carte

Epoux de Eleonore de FAGET en 1528, il eut pour fils :

(1515-1547 : FRANCOIS I ier)

                                                - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

 

9/ Francois LE MOYNE, seigneur de Faget, écuyer, suivit en qualité de capitaine le connétable de Montmorency à Bordeaux du temps des guerres des religionnaires et se distingua à la bataille de Saint-Quentin en 1557 ou le connectable fut fait prisonnier.

 

Il avait épousé par contrat en mai 1550 Jeanne de CALVET et fit son testament le 3 novembre 1599.

 

Il eut pour enfants :          

- GABRIEL voir 10/

- JEAN ADRIEN, mort au service du roi

 

(1547-1559 : HENRI II)

(1559-1560 : FRANCOIS II)

(1560-1574 : CHARLES IX )

(1574-1589 : HENRI III)

(1589-1610 : HENRI IV )

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

 

10/Gabriel LE MOYNE, écuyer d’Henri III, est aussi qualifié de capitaine avant son mariage contracté le 3 mai 1587 avec N. de MASSIP, fille de M.de MASSIP, viguier de Saint-Chinian 34 :

 C’est probablement une autre fille du Viguier de Saint-Chinian, Jeanne de MASSIP qui épouse la même année Pierre d’ANDOQUE : ils seront le couple à l’origine de la branche ainée des ANDOQUE pendant deux siécles, branche (voir descendance de PIERRE d’ANDOQUE) qui s’éteindra avec les 2 filles de Francois d’ANDOQUE dont Marie-Anne d’ANDOQUE qui sera la grand-mere maternelle des enfants LE MOINE de MARGON nés autour de 1770 …..voir au 15/ ci-dessous.....

leurs enfants furent :

 

- PIERRE, mort jeune

- NICOLAS voir 11/

- 2 filles, mariées

 

(1610-1614 : MARIE de MEDICIS, Régente) (1614-1643 : LOUIS XIII)

                                                - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

 

11/Nicolas LE MOYNE, écuyer, épousa en 1620 Marie GALLEAU de la COMBE et eut :

 

- NICOLAS voir 12/

- MARIE LE MOYNE qui épousa François HENAULT, conseiller secretqire du Roy, fermier général et fut la mère de :     

Jean Remy HENAULT, lieutenant-général des armées du Roi, gouverneur du château Trompette qui sera lui meme le pere du célèbre Président HENAULT ………….voir président Hénault à la page « personnalités » de ce site

- ELISABETH épouse de Jacques FEUILLET, officier de feu son altesse royale Mademoiselle de Montpensier

- plusieurs filles dont 2 religieuses

 

(1643-1651 : ANNE D’AUTRICHE, Régente) (1651-1715 : LOUIS XIV)

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

 

12/ Nicolas (2) LE MOYNE, capitaine de dragons épousa Magdeleine LE PERE en 1650 et en eut :

 

A partir de cette date, la filiation est parfaitement connue 

sources : les actes d’état-civil, les documents pédagogiques, les arbres généalogiques d’autres familles sur www.geneanet.org et sur www.genealogie.com,« filiations languedociennes » d’Hubert VERGNETTE de LAMOTTE, « histoire de Rougan, Margon, …» d’Albert FABRE, etc…)

A/ Rene LE MOYNE, né le 23 mai 1655 à Paris et baptisé en janvier 1656 à Saint-Sulpice à Paris, il vint s’établir en Languedoc en 1687 …. bourgeois de Paris, il fut directeur des tabacs de Guyenne en 1698 puis directeur général de la ferme des tabacs de Montpellier en 1703.

Il fut employé en diverses circonstances à des négociations diplomatiques et notamment à celles qui en 1713 amenerent la pacification de l’Europe par le traité d’Utrecht.

Etant à Barcelone en 1696, il est dénoncé et jeté dans les prisons de l’Inquisition où il reste pres d’un an.

Louis XIV l’avait tout d’abord reclamé au roi Charles II d’Espagne en lui faisant dire par son ambassadeur que ses sujets n’étaient pas soumis à l’Inquisition et que les Français étaient libre partout.

Charles II n’ayant pas voulu relacher M.LE MOINE et le roi apprenant que l’eveque de Barcelone qui était à Rome et devait bientôt retourner à son évéché, manda à son ambassadeur prés le pape de lui donner avis de son départ.

Cet éveque, d’apres les ordres envoyés par Louis XIV à M.de Quincon, lieutenant general dans le Roussillon, fut reçu avec beaucoup d’honneurs par le lieutenant general et apres avoir été bien traité et fété pendant quelques jours, comme, apres mille remerciements il se preparait à monter en carrosse pour partir, M.de Quincon lui dit : « Monseigneur, vous etes prisonnier d’Etat et j’ai ordre du roi mon maitre de vous retenir ici jusqu’à ce que M. LE MOINE soit sorti des prisons de votre ville où il est detenu et conduit en sure esccorte dans cette place.

Ce changement surprit beaucoup l’eveque qui s’empressa de depecher un courrier à Barcelone pour y donner avis de sa detention et l’ordre de delivrer M. LE MOINE et de le faire conduire à Perpignan agréablement et sous bonne escorte….

Les ordres de ce prelat ayant été executés, à l’arrivée du courrier, M. LE MOINE fut tiré de prison, traité avec beaucoup d’egards et ramené à Perpignan avec ses effets dans un bon carosse. L’eveque de Barcelone fut à son tour mis en liberté ……….

Ecuyer, directeur des fermes du Roi et des économats du Languedoc, seigneur et baron de Margon à partir du 15 avril 1719, jour où il acheta aux PLANTAVIT le château de Margon (Herault) voir carte devant le notaire BELLONET (Documents H.de Vergnette). ………….

Le château, en mauvais état, n’était pas habitable et ils s’installérent à Montblanc (34)…….

Il entrepris les travaux sur le château et notament la construction des banastes reliant le jardin au château (voir « le château »)

 

Il meurt à Montpellier le 13 octobre 1719 : il est inhumé dans le chœur de l’eglise de Margon le 14 octobre 1719……voir acte deces

CHATEAU DE MARGON

Il avait épousé le 10 août 1698 en l’eglise Ste Eustache à Paris la fille de sa cousine germaine, petite-fille de sa tante Marie LE MOYNE et cousine germaine du Président HENAULT, Elisabeth SURIREY DE SAINT-REMY voir genealogie fille de Pierre SURIREY, seigneur de SAINT-REMY, lieutenant du grand-maître de l’artillerie de France et gouverneur de l’arsenal de Paris et de demoiselle HENAULT.

Ce dernier fait l’objet d’une étude approfondie sous la forme d’un livre rédigé par Henri de la Breteche voir détails

extrait : originaire de Normandie, la famille de Surirey de Saint Remy gagna la région parisienne au cours du XVIIe siècle où elle possédait plusieurs propriétés. Elle commença alors son ascension sociale tant en servant dans l’armée à des grades d’officiers qu’en s’alliant à de bonnes familles bourgeoises, et parvint à la noblesse en 1710 par le rachat d’une charge de secrétaire du roi en la chancellerie du Parlement de Besançon.

Pierre Surirey de Saint Remy (1645-1716) devint en 1692 commissaire provincial puis lieutenant du grand maître de l’Artillerie, le duc du Maine, à qui il dédia ses Mémoires d’Artillerie, publiés en 1697 et plusieurs fois réédités.

Si la famille de Surirey de Saint Remy n’est représentée aujourd’hui que par une cinquantaine de personnes, la descendance de l’Artilleur en rassemble plus de 6000, parmi lesquels Pierre de Coubertin, rénovateur des Jeux Olympiques, l’écrivain Michel de Saint-Pierre, la maréchale Leclerc, l’illustrateur Job et le compositeur Pierre Onfroy de Breville.

voir leur contrat de mariage page 1 page 2 page 3 page 4 page 5

Elisabeth SURIREY de ST REPY est née le 20 avril 1677 et décédée le 28 avril 1748 à Montblanc (34) voir acte deces : son frere, Michel SURIREY de SAINT REMY, écuyer. Né à Paris, baptisé, à l'église Saint Paul, le 23 septembre 1680, décédé à Avignon le 2 juin 1772 et inhumé le lendemain en l'église Sainte-Marie-Madeleine de cette ville. Seigneur de Petitval (à Sucy-en-Brie, aujourd'hui Val de Marne, arrondissement de Créteil- achetée en 1718) de 1719 à 1741. Trésorier général receveur et payeur des rentes sur les aides et gabelles, puis (21 mai 1723) Trésorier général des Ponts et Chaussées.

Il fut l'un des 726 gens de finance qui furent condamnés en 1716 à payer une amende à titre de restitution (227° du IV° rôle, 130 116 livres). Une chambre de justice avait été établie le 12 mars 1716 afin de poursuivre un certain nombre de gens d'affaires soupçonnés d'avoir réalisé des profits illicites au détriment des biens de la couronne. Son fils Louis Michel, Receveur Général des finances de Grenoble en1732 sera également confronté à des difficultés analogues: il fait banqueroute et doit s'acquitter de 23 000 livres (444° du 7° rôle). En 1741 et 1742 une série de procès intentés par des créanciers aboutirent à la saisie des biens de Michel (Arrêt de la Cour des Aides). Michel s'expatriera en Avignon.

Epouse, à Paris, en 1703 (contrat du 24 octobre), Marie Louise Vacherot (1679-1742), veuve de Louis Vedye, fille de feu Louis VACHEROT, commissaire ordinaire de l'Artillerie, et de Catherine Le Camus, celle-ci épouse en secondes noces de François Alphonse HENAULT, écuyer, seigneur de Cantobre, oncle du marié, étant le propre frère de sa mère. Ils auront sept enfants.

(Source : http://surirey-de-saint-remy.e-monsite.com/pages/genealogies.html

Ils eurent :

- MARIE MADELEINE, seigneuresse de Margon, née vers 1699 et décédée le 20 juin 1782 voir acte deces sans postérité, inhumée le 20 juin 1782 à Margon (34)

- RENE, mort jeune

- THESERE, née en 1702 et décédée le 2 juillet 1760 à Margon (34) sans postérité, inhumée le 3 juillet 1760 à Margon (34) voir acte deces voir acte deces suite

- MARIE, vers 1703 et décédée le 26 septembre 1756 sans postérité, inhumée le 27 septembre 1756 à Margon (34) voir acte deces

- FRANCOIS RENE, né en 1709 et décédé le 25 mars 1743 et inhumé le 26 mars 1743 à Margon (34) sans postérité voir acte deces

- PAUL CAMILLE, seigneur de Margon, né le 9 decembre 1709, ancien lieutenant au régiment de Vivarais décédé sans postérité le 19 aout 1749 à Murat-sur-Vergne (81) ou épuisé par les guerres, il est allé se reposer : sa pierre tombale est visible dans l’eglise de Murat……… voir acte deces

- NICOLAS REMY, né le 5 aout 1711, sans postérité

- MICHEL AUGUSTE né en 1712 et décédé en 1769 voir B/

- JEANNE, seigneuresse de Margon, décédée vers 1774 sans postérité

 (1715-1723 : PHILIPPE d’ORLEANS, Régent) (1723-1774 : LOUIS XV)

                                                - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

 

Il semble qu’à partir de cette génération, le nom devient LE MOINE de MARGON, tel qu’il reste porté de nos jours par les descendants puisque c’est sous ce patronyme que Michel Auguste LE MOINE est mentionné dés 1774 sur l’acte de mariage de son fils, qui signe de ce patronyme aussi.

B/ Michel Auguste LE MOINE, sieur de Montblanc (il avait reçu de sa mére la seignerie de Montblanc(34) puis seigneur de Margon apres son frère, officier au régiment du Vivarais. Né le 30 septembre 1712 à Montblanc (34) et baptisé le 30 septembre 1712 (Notre-Dame des T, Montpellier)

Il serait mort en Espagne en 1769 puisqu’il est mentionné comme « feu noble Michel Auguste LE MOINE DE MARGON » sur l’acte de mariage de son fils Joseph Michel.

A épousé le 9 decembre 1742 Marie Anne MALAFOSSE née en 1714 et décédée le 27 mars 1754 à Montblanc (34) voir acte deces. Elle est mentionnée comme « feue dame Anne MALAFOSSE» sur l’acte de mariage de son fils Joseph Michel.

et a eut :

 

- JOSEPH MICHEL voir C/

- MARIE THERESE LE MOINE née le 8 decembre 1748 à Montblanc (34), baptisée le 11 decembre 1748 à Montblanc (34) voir acte bapteme et décédée le 25 juin 1814 à Roujan(34) , elle épousa le 28 novembre 1769 à Margon (34) Henri DU PLOS DE LESTANG (12 decembre 1745-2 septembre 1812), fils de Jeanne Catherine de PLANTAVIT de LA PAUZE. Ils eurent 5 enfants voir descendance

- JEAN FRANCOIS RENE AUGUSTE LE MOINE, né le 5 février ou mai 1750 et baptisé le 8 du même mois à Montblanc (34), dit le chevalier de Margon, ancien capitaine d’infanterie (grenadier du Languedoc). Il émigra aux Etats-Unis et fait la guerre d’independance en 1791, fit la campagne de 1792 dans la coalition des gentilshommes du Languedoc commandée par M.le maréchal de Castries. Celle de 1793 dans la compagnie N°2 des chasseurs nobles et mourut le 9 avril 1794 à l hospice à Oberndorf (mais lequel ????)des fatigues de la dernière campagne, 3 jours après avoir quitté le camp.

- ISABEAU née le 31 mai 1752 à Montblanc (34) voir acte naissance et décédée le 21 janvier 1754 à Montblanc (34) voir acte deces, la même année que la mort de sa mére …

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

 (1774-1792 : LOUIS XVI)

C/ Joseph Michel LE MOINE, né le 16 avril 1744 à Montblanc (34). Seigneur et comte de MARGON, conseiller éditeur à la cour des aides de Montpellier, assiste en 1788 à l’assemblée du diocese de Beziers et signe le mémoire sur le droit qu’a la noblesse du Languedoc de nommer les députés aux Etats généraux du royaume dans les assemblées composées par bailliages et sénéchaussées.

Il éprouva quoique accablé d’infirmités tous les malheurs de la révolution.

Il dépose le 26 février 1790 entre les mains des officiers municipaux de Margon la déclaration de ses biens nobles et de ses revenus féodaux.

Il fut dénoncé en septembre 1793 comme suspect pour avoir donné asile aux prêtres et aux émigres et fut mis en arrestation chez lui par le commissaire CHAUDRON-ROUSSEAU avant la promulgation de la loi contre les suspects.

Il fut transferé ensuite dans la maison d’arrêt de Beziers ou Montpellier selon les versions et ses biens furent mis sous sequeste.

Il fut libéré le 1 ier brumaire an III (22.10.1794) et reprit possession de ses biens mais son château etait dévasté et il perdit une grande partie de sa fortune.

Auparavant marié le 15 novembre 1774 à Beziers(Madeleine) avec Anne Francoise de LAVIT de VIGNE (fille de Louis de LAVIT de VIGNE et de Marie Anne d’ANDOQUE, Marie Anne d’ANDOQUE décédée avant 1774 puisque mentionnée « feue » lors du mariage de sa fille, Louis de LAVIT épousera Marie Therese d’ANDOQUE….) voir details sur la famille de LAVIT voir acte mariage née le 7 mars 1752 et qui décédera le 3 octobre 1785 à l’age de 33 ans d’une maladie contagieuse contractée en soignant des indigents voir acte deces. Il fit élever sur sa tombe un cippe surmonté d’une croix avec cette inscription « hic jacet in Domino mobilise Anna Francia Mauriac de la Vit omnibus virtuoses egregia matrorum et uxorum Christianarum exemplar perfectissimum, Obiit sanctissimo anno Domini 1785 die octobris XX11, nat XXXIII annis . » Ce monument a été détruit pendant la révolution.

Ses enfants, tous mineurs, restés sans ressource lors de l’emprisonnement de leur pére, leur mére etant décédée, furent aidés par les habitants de Margon et notamment par le gardien du sequestre pourtant un des plus ardents patriotes de la commune.... Les patriotes montrerent en plusieurs circonstances l estime dans lequelle ils tenaient leur ancien seigneur........

Il décéde le 4 mars 1806 à Margon (34) voir acte deces.

C ‘est ainsi que la branche dite de Pierre L’HISTORIEN de la famille d’ANDOQUE s’éteignit après avoir été la branche aînée de la famille d’ANDOQUE pendant 2 siècles.….. les descendants de cette branche sont essentiellement des LE MOINE de MARGON voir cette branche

C’est également ainsi que les armes des ANDOQUE sont devenues et restées celle des MERCORENT : « au champ d’or, à la bande de gueules chargées de 3 têtes de levriers d’argent, accolées de sable et bouclées d’or », armes qui se retrouvent en partie et légérement modifiées sur les armes des LE MOINE de MARGON (voir sur ce site l’onglet « les armes »).

(Iiére République : La Convention : 1792-1795 Le Directoire : 1795-1799 Le consulat : 1799-1804 )

Ils eurent :

- LOUIS MICHEL RENE né le 12 decembre 1775 voir D/

- ANNE THERESE JOSEPHE, née le 28 février 1777 et mariée le 29 prairial an 13 (18 juin 1805) à Michel Joseph LAGET dont une fille voir descendance

- GABRIELLE FRANCOISE SOPHIE, née le 15 mars 1778 à Margon (34) et mariée le 19 brumaire an 9 (10 novembre1800)à Jean Vital Auguste Marie BOUÏSSIN

- autre MICHEL LOUIS RENE, né 20 juillet 1779 à Margon (34) et mort jeune

- JOSEPH CAMILLE, né le 8 mars 1784 à Margon (34) et baptisé le 12 (voir acte de bapteme), capitaine d’infanterie, chevalier de MARGON : il fut maire du village de Margon de 1815 à 1831.

Pendant l’interrègne refusa ouvertement de prêter serment de fidélité en sa qualité d’adjoint de la commune de MARGON. Il donna sa démission ayant déclaré qu’il n’assisterait jamais à aucune publication qui n’emanat de l’autorité légitime.

Ayant reçu par l’entremise de son frère aine le baron de MARGON le 29 juin 1815 l'arrêté de Monseigneur le duc d’Angoulême, enjoignant aux anciens administrateurs de reprendre leurs fonction, il ceignit en bravant tous les dangers la ceinture blanche et fut le premier administrateur de l’arrondissement de Béziers qui publia le gouvernement royan. Il envoya le même soir aux maires des villages circonvoisins l’arrêté qui lui avait été transmis afin que d’après son exemple ils le proclamassent dans leurs communes respectives.

Il épousa en 1812 (avant le 27 novembre 1812) Sophie Pauline du PLOS de LESTANG née le 30 juillet 1786 à Margon, sa cousine germaine, fille de sa tante paternelle. Elle décéde le 18 février 1813. Leur fille ESTHER MATHILDE ARMANDINE THERESE est née le 3 mai 1812 à Margon (34).

Veuf, il épousa le 26 novembre 1816 à Caux (34) Josephine Constance Gabrielle Angelique de BEDOS de CELLES (baptisée le 14 décembre 1789 à Caux (34). voir acte de mariage

Leurs enfants :

=PROSPER RENE JOSEPH né le 10 novembre 1817 à Margon (34) voir acte naissance

=JOSEPHINE CAMILLE LOUISE née le 26 mai 1819 à Margon (34) voir acte naissance

=JOSEPH MARIE GABRIEL qui épousera Marie Gabrielle de BEDOS de CELLES (née en 1824)

- Autre JOSEPH CAMILLE, celibataire, ancien sous-lieutenant au huitième régiment de chasseurs à cheval qui des que le drapeau blanc fut arboré s‘empressa de former une compagnie pour aller défendre Béziers et y resta tout le temps que cette ville fut menacée d’un siège.

Il passa ensuite dans le troisième bataillon des chasseurs d’Angoulême de l’Hérault commandé par son frère qui le nomma capitaine des voltigeurs. Il a servi dans ce corps pendant les 10 mois de son existence avec beaucoup de zèle et de dévouement.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

 (Iier Empire : NAPOLEON I ier, Empereur des Français 1804-1815 )

D/ Michel Louis Rene LE MOINE, né le 12 decembre 1775 à Margon (34) voir acte naissance voir acte naissance suite, baron de Margon, chef de bataillon au premier regiment de chasseurs d’Angouleme. Il partit en qualité de volontaire dans la compagnie du chevalier de Noyant pour s’opposer au progrès de Buonaparte. A fait la campagne du Dauphiné sous les ordres de Monseigneur le duc d’Angoulême. Fut désigné pour obtenir la croix de la légion d’honneur à l’affaire de Montélimar ou il se conduisit avec courage et sang-froid

Se trouva aux combats de Crest et de l’Isère ou il fut blessé d’un coup de feu à la jambe droite.

Obtint le brevet provisoire de la Légion d’Honneur le 9 avril 1815 et de retour chez lui, il refusa le serment.

Il fut un des principaux chefs des Volontaires Royalistes dans le Midi en 1815. Créa le 3° regt des chasseurs d'Angoulême de l'Hérault : il fut dénoncé le 1 ier juin de la même année comme fauteur des rassemblements royalistes et rejoignit le 23 suivant celui que le marquis de Montcalm avait formé à Villeneuve qui autorisa le baron de Margon à former un bataillon d’élite qui fut depuis le troisiéme du régiment des chasseurs d’Angouleme de l’Herault : il partit aussitôt pour l’arrondissement de Lodeve, asile des federes du département de l’Herault et avec le secours de MM. de LAURES et ESTORCK, maires de Gignac et Saint-André et de Monsieur Augute BOUÏSSIN de Clermont et le concours de plusieurs communes notamment de celle de Saint-André entièrement dévouée au roi, il parvint le lendemain à faire arborer le drapeau blanc dans tout l’arrondissement de Lodève, excepté dans le chef-lieu ou étant allé seul et sans escorte faire proclamer l’arrêté de S.A.R. monseigneur le duc d’Angoulême, pour ne pas exposer ses enfants qui s’y trouvaient faillit y être massacré et n’en sortit que miraculeusement.

Les fédères ayant placé à tous les embranchements des chemins des postes pour l’arrêter, tuèrent le surlendemain dans la nuit un homme de leur parti qu’ils prirent pour lui.

Cependant, M. de MARGON ayant été informer M. de MONTCALM du succes de sa mission le trouva à Cette, disposé à prendre, vu les événements qui s’amélioraient tous les jours, des mesures de prudence et de modération.

M. le baron de MARGON ayant été remplacé dans l’arrondissement de Lodeve par M. le chevalier de la Ferriere à qui M le Marquis de Montcalm délégua tous ses pouvoirs, il s’occupa exclusivement de la formation de son bataillon, le plus nombreux du regiment des chasseurs d’angouleme qu’il leva et qu’il équipa à ses frais en grande partie.

Il contribua par des recrutements considérables à la formation du regiment et a concouru pendant les 10 mois de son existence avec les 3 autres chefs de ce corps à maintenir la tranquilité dans les Cevennes et à Nimes ou les malveillants paraissaient disposés à la troubler.

Il est revenu dans ses foyers apres la dissolution du corps emportant les témoignages les plus avantageux de l’amitié et des sufrages de ses officiers.

Il est décédé le 12 mai 1841 à Margon (34).

Il a épousé le 27 novembre 1800 à Margon Francoise Ursule Lucrece Helene de VINAS de PREMERLET -née le 10 mars 1770 à Lodeve (34) et décédée le 8 avril 1840 à Margon (34) fille unique de Jean VINAS de PREMERLET ancien secretaire du roi, et niece de Jean Francois VINAS capitaine au regiment de royal roussillon (mort en 1799).

Leurs enfants :

- MICHEL JULES GASTON MARIE, né le 21 mars 1801 à Lodeve (34) et décédé en avril 1866, professeur de philosophie et de théologie, prêtre en 1825, abbe de Margon : témoin : Jean VINAS, son grand-pere maternel ….. son histoire page1 page2 page3

- JOSEPHINE LUCRECE PULCHERIE née le 26 avril 1804 à Lodeve (34) et décédée le 15 janvier 1876 à Saint-Etienne de Gourgas (34) voir faire-part de décès. Elle avait épousé le 12 fevrier 1828 à Margon(34) le comte Ferdinand de BONNAVENT de BEAUMEVIELLE d’AMBUR (né le 30 floreal an 5 soit le 19 mai 1797 et décédé le 27 09 1842). Ils habitaient au chateau de Gourgas.

Lettre du neveu, Amédée Dupuy Montbrun à François Dortet de Tessan
Gourgas le 27 7bre 1842
Monsieur et cousin
je suis chargé de la part de ma tante de Beaumevielle d'Ambur et sa famille de vous faire part de la mort de Mr de Beaumevielle son mari, décédé aujourd'hui. Ce cher oncle vient de mourir d'une attaque qui l'a pris dans la journée de dimanche. Ayes la bonté je vous prie d'en faire part à toute votre chere famille, en leur faisant agréer mes plus empressés compliments et croyez moi, mon cher cousin, votre tres humble et affectionné cousin
Amédée dupuy montbrun

Elle etait la mere de Pulcherie de BEAUMEVIEILLE d’AMBUR, décédée le 21 novembre 1865 qui épousa le 17 mars 1862 à Gougas (Gard) Jean François VERNY (né le 26 décembre 1806 à Clermont l’Herault et décédé le 26 décembre 1886) voir faire~part de mariage

Remerciements à Martine de LAJUDIE pour ces courriers dont le faire-part envoyé à son aïeule. Martine de LAJUDIE a publie un livre : voir références

- JOSEPH RENE CAMILLE né le 24 octobre 1805 à Margon voir E/

- JEAN MARIE HYPPOLITE AUGUSTE né le 3 juillet 1807 à Margon voir acte naissance, celibataire, décédé le 30 novembre 1896 à Margon (34), prosateur et redacteur de l’Occitanique ....Maire de Margon en 1877 ????

- JOSEPH MICHEL HILAIRE ALFRED né le 21 septembre 1808 à Margon voir acte naissance décédé le 21 décembre 1808 à Margon (34) à l'âge de 3 mois

- X, mort en bas age

 

 

UTILISATION DES LIENS :

1/en cliquant sur « voir acte….. », vous accédez directement à l’acte en question et vous devez faire « page précédente » pour revenir au site

2/en cliquant sur « voir descendance », vous accédez au site www.geneanet.org sur lequel l’arbre de la famille est en ligne : vous pouvez alors cliquer sur le nom de chaque personne pour avoir les détails.

 

ATTENTION, LES PERSONNES AGEES DE – DE 100 ans NE SONT PAS VISIBLES par respect de la vie privée ! Il est possible d’accéder à la totalité de l’arbre en nous demandant le codes d’accès « amis ».

 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

E/Joseph Rene Camille LE MOINE de MARGON : éleve au college royal de la Marine d’Angouleme en 1818 voir document

Lieutenant de vaisseau, il pris part au combat de Navarin et a lexpedition dAlger(1830).

né le 3 Brumaire an 14 de la République soit le 24 octobre 1805 à Margon (34) : voir acte naissance et décédé le 5 octobre ou decembre 1877 ... voir acte de deces

 (1815-1824 : LOUIS XVIII )

(1824 1830 : CHARLES X)

(1830-1848 : LOUIS-PHILIPPE Iier)

Officier de marine à Toulon voir registre matricule, CHEVALIER DE LA LEGION D’HONNEUR (nomination le 1 ier mai 1838 voir nomination) sous le titre de Baron, il épouse le 23 mai 1840 Marie Josephine Augusta LE COAT de KERVEGUEN née le 17 aout 1817 à Toulon et dont le pére était contre-amiral à Toulon : voir acte naissance et décédée à Margon le 13 avril 1903 voir acte deces

Elle est issue d’une famille déjà importante et qui va connaître une grande expansion dans l’ile de la Réunion par son cousin germain le comte Gabriel Louis LE COAT de KERVEGUEN voir descendance LE COAT de KERVEGUEN

voir details http://www.clicanoo.re/97618-le-comte-gabriel-le-coat-de.html

voir details http://www.clicanoo.re/97691-la-saga-des-kerveguen-quand-deux.html

voir details http://www.clicanoo.re/97688-la-saga-des-kerveguen-2.html

voir details http://www.clicanoo.re/97689-la-saga-des-kerveguen-3-la-fumeuse.html

voir details http://www.clicanoo.re/97690-la-saga-des-kerveguen-quand-des.html

voir details http://www.clicanoo.re/97687-la-saga-des-kerveguen-i.html

MERCI INFINIMENT A ISABELLE LE COAT de KERVEGUEN POUR SA PRECIEUSE AIDE ET SA GENTILLESSE !

La sœur cadette de Gabriel Louis LE COAT de KERVEGUEN, cousine gernaine de Marie Josephine Augusta donnera naissance à Francois Cezaire de MAHY (1830-1906) médecin, député de la Réunion et ministre français de l’Agriculture et de la Marine

voir details http://www.clicanoo.re/97565-francois-de-mahy.html

http://www.clicanoo.re/97642-francois-de-mahy-le-grand-creole.html

http://www.clicanoo.re/97592-francois-cesaire-de-mahy-medecin.html

 

 (1848-1852 :II ieme REPUBLIQUE) 

(1852-1870 : NAPOLEON III)

Vont naitre de cette union : (de 1 à 7)

 

1- MARIE LOUISE JOSEPHINE MARGUERITE LE MOINE de MARGON née le 8 avril 1841 à Toulon voir acte naissance et décédée le 19 janvier 1907 à Toulouse (31) voir acte de décès et qui épousera en 1863 à Toulon Jules Louis Marie Albert de MELON(1833/1867) puis sera la mére de Jenny de MELON (mariée à Armand de LARTIGUES) et de Henri de MELON décédé à l’age de 3 ans: voir descendance

2 - RENE GABRIEL JOSEPH MARIE LE MOINE DE MARGON : sorti de l’école impériale de cavalerie en 1867 n° 15 sur 44, colonel des hussards voir registre matricule page1 voir registre matricule page2. Marié le 19 octobre 1874 à Rupt-sur-Othain (55) voir contrat de mariage publication des bans en la mairie du 6 iéme arrondissement de Lyon (69) le 12 septembre 1874 voir document - à Bathilde Jeanne MARTIN D’ESCRIENNE -née le 16 août 1851 à Rupt-Sur-Othain (55) et décédée le 19 juin 1939 à Rupt-sur-Othain (55)- voir faire-part de décès

Pére de 6 enfants, né le 23 avril 1842 à Toulon (83) voir acte de naissance et décédé le 1 ier janvier 1904 à Rupt-sur-othain (Meuse) voir acte de deces, il est inhumé dans un tombeau où repose déjà son beau-pére Leonce Nicolas Etienne MARTIN D’ESCRIENNE (4/4/1821-16/1/1876), maire de Rupt-sur-othain (55) : une stele l’indique à Rupt-sur-othain (55).

Il figure dans le Livre d’or de la Légion d’Honneur au titre de généreux donateur entre 1871 et 1873 (source : livre d’or des souscripteurs ayant contribué à la reconstitution du Palais de la Légion d’Honneur détruit le 23 mai 1871).

Puis il obtint le titre de chevalier de la légion d’honneur par decret du 29/12/1882 voir nomination. Il est alors capitaine au 10 ieme regiment de hussards.

Il obtint ensuite le titre d’officier de la légion d’honneur par decret du 29/12/1898 voir nomination. Il est alors colonel au 4 ieme regiment de hussards.

(IIIiéme République)

RENE GABRIEL JOSEPH MARIE LE MOINE DE MARGON

 

Leurs enfants :

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

+ BATHILDE LE MOINE DE MARGON : décédée à l’age d’un an

+ YVONNE CAMILLE CAROLINE AUGUSTA MARIE LE MOINE DE MARGON : née le 21 mai 1878 à Rupt-sur-Othin (55) acte de naissance et décédée sans descendance

yvonne le moine de margon

+ PAULE LEONTINE HEDWIGE AUGUSTA MARIE LE MOINE DE MARGON : née le 24 aout 1880 à Rupt-sur-Othin (55) acte de naissance et décédée le 1 ier septembre 1970 à Nancy (54) sans descendance

paule le moine de margon

+ MARIE HENRIETTE RENEE LE MOINE DE MARGON : née le 25 juin 1882 à Rupt-sur-Othin (55) acte de naissance et décédée le 12 mars 1895peut-être marie-henriette le moine de margon ??

+ RENE LE MOINE DE MARGON : né le 12 decembre 1884 à Verdun (55) acte de naissance et décédé le jour meme...

+ RENE JOSEPH GUY JEAN MARIE THEOPHILE LE MOINE DE MARGON : né le 4 mars 1886 à Verdun (55) acte de naissance, éléve de l’Ecole Polytechnique (promotion 1907) et mort pour la France des suites d’intoxication par des gazs toxiques le 6 novembre 1918 à l’hopital de Bussy-le-Chateau (Marne) sans descendance : il est inhumé dans un tombeau où reposait déjà Leonce Nicolas Etienne MARTIN d’ESCRIENNE (1821-1876) et son pére Rene Gabriel Joseph Marie (1843-1904) : une stele l’indique à Rupt-sur-othain (55) voir acte militaire

RENE JOSEPH GUY JEAN MARIE THEOPHILE LMDM

+ CASIMIR ERNEST JOSEPH MARIE LEONCE LE MOINE DE MARGON : capitaine d’artillerie, chevalier de la legion d’honneur, né le 26 avril 1890 à Verdun voir acte de naissance et marié le 24 avril 1924 à Epiez sur Chiers (54) à Anne Marie Charlotte de THOMASSIN de MONTBEL (née le 26 aout 1898 et décédée en juillet 1984, inhumée le 20 juillet à Rupt-sur-Othin (55) ) : voir acte de mariage page 1 page 2: ils ont eu 6 enfants : voir descendance qui représente aujourd’hui la branche ainée de cette famille . Il est décédé le 11 aout 1981 à Nancy (54).

ANNE de THOMASSIN de MONTBEL était l’arriere-arriere petite-fille du général Charles Claude JACQUINOT anobli en 1808, célébre pour sa carriére militaire et cousin germain du peintre EUGENE DELACROIX dont le nom était à l’origine de LA CROIX : en effet, la mére du général JACQUINOT était Rosalie de LA CROIX, sœur du pére de EUGENE DELACROIX et qui avait choisi de démocratiser son nom voir genealogie.

De plus le pére du général JACQUINOT, Nicolas JACQUINOT avait pour aïeul un autre Nicolas JACQUINOT vers 1405, cousin de Jeanne d’ARC qui a accompagné celle-ci à Chinon aupres du Dauphin et également Pierre JACQUINOT, homme d’armes du comte de Vaudemont en 1498 et lieutenant du duc de Lorraine.

(source : LA VIE ET LA DESCENDANCE DU GENERAL JACQUINOT de Jean-François HOUTART)

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

 3 - HELENE MARIE CLAIRE ADRIENNE AUGUSTA LE MOINE DE MARGON née le 28 mai 1845 à Toulon St Marie et décédée le 14 juillet 1919 à Montpellier (34)voir acte de décès, elle épouse le 23 novembre 1880 LEONCE AUGUSTE DE ROTON (11.2.1842 à Verdun-avril 1917 à Montpellier) voir faire-part de mariage : ils auront un fils, Robert de ROTON né le 22 aout 1885 à Margon voir acte naissance

(marié en 1912 à IRENE DE BEAUMONT BEYNAC) ……..voir descendance

Helene LE MOINE de MARGON epouse de ROTON

 

4 - THERESE MARIE AUGUSTA LE MOINE DE MARGON, née à Toulon le 31 janvier 1848 à Toulon et décédée en 1935 voir faire-part de décès

Therese Marie Augusta LE MOINE de MARGON epouse de LABARRIERE

Mariée en 1874 à Joseph Alphonse de LABARRIERE et 4 enfants :

 

- MARGUERITE

- JEAN né en 1878 et décédé à l’age de 21 ans d’un refroidissement : il etait cardiaque

- RENEE (mariée en 1900 à Felicien de VEYRIERE de LAURENS)

- AUGUSTINE décédée à l’age de 3 mois en 1882

 voir descendance………..

Monsieur de LABARRIERE était veuf d’un premier mariage datant de 1868, son épouse, Laure Marie Caroline de MIRANDOLE etant morte en couche en donnant naissance à leur fille MARGUERITE, épouse qui lui avait déjà donné un fils, Alphonse qui fut le pére du commandant René de LABARRIERE (1899-1948), premier casque bleu de l’ONU mort en mission en Palestine :

voir l’article de Ph.BOUSSARD dans l’Express de mai 2006

LEGENDE DES PHOTOS EN POSANT VOTRE CURSEUR SUR LA PHOTO DESIREE

5 - AIME né le 10 juin 1851 à Margon (34) et décédé le 16 juin 1851 à Margon (34) voir acte naissance voir acte deces

6 - JEROME JOSEPH CAMILLE MARIE LE MOINE DE MARGON : lieutenant d infanterie, né le 14 juillet 1853 à Margon voir acte naissance

voir registre matricule page 1

voir registre matricule page 2  (1870-1940 :III ieme REPUBLIQUE)

Sa descendance représente aujourd’hui la branche cadette de cette famille. Il décéde le 13 novembre 1912 à Saïgon

 

 

A)Marié à Marie Gabrielle Josephine ANGLES dont la dot etait de 300.000 Francs, fille de Henri Etienne Victor ANGLES et de Marie Catherine Gabrielle SAVY). Apres le décès de sa femme (née le 20 mai 1861 et décédée à l’age de 22 ans le 6 avril 1883 à Perpignan (66) voir acte de naissance et acte de deces) morte en couche en mettant au monde leur premier enfant qui ne vivra pas, il s’établit en Cochinchine.

B)Il épouse une noble asiatique NGUYEN THI TAN dont il a un fils Paul Victor LE MOINE DE MARGON né le 20 janvier 1890 à Kampot(Cambodge).

Paul Victor est professeur des écoles puis inspecteur des écoles de la province de Travinh: il est diplomé en langues orientales, il en parle plusieurs couramment ainsi que plusieurs langues occidentales et joue de nombreux instuments de musique (piano, bango, …..).

Marié le 6 juillet 1912 à Saïgon à Henriette Sophie DUSSOL, née en juillet 1898. Ils divorceront le 2 juillet 1919 à Phnom-Penh

voir acte mariage

Ils auront une fille Jeanne Marie LE MOINE de MARGON née le 14 aout 1914 à Saïgon et décédée en région parisienne en 1997 : elle a épousé en 1934 Léon FACIOLLE et elle est venue vivre en France en 1954 : elle a eu 8 enfants dont 2 décédés, les 6 autres nés entre 1935 et 1952 à Saïgon vivent en France …… voir descendance

Paul épouse ensuite le 27 juillet 1922 à Nimes Blanche Alfreda Aimee PRIVAT dite Juliette voir acte mariageet décéde le 5 mars 1931 à Cholon des suites de la fievre jaune voir acte deces

Ils ont eu un fils, René LE MOINE DE MARGON né le 5 avril 1930 à Saïgon  voir acte naissance et décédé à Pierrelatte (26) en 1991 voir acte deces . René a eu 2 filles dont la cadette a une fille née en juin 2007, enfant qui porte le nom de LE MOINE de MARGON ...

Voir lettre de Paul à sa future seconde épouse  : lire page1 lire page2et3 lirepage4

 

Paul LE MOINE de MARGONPaul LE MOINE de MARGON et Blanche 1925René LE MOINE de MARGON (1930-1991) carte de visite de Paul LMdM

Paul LE MOINE de MARGON et Blanche 1925Paul LE MOINE de MARGON et Blanche 1924maison de Paul et Blanche à Saïgon 1923

Paul Blanche Rene Jeanne et serviteursJeanne LE MOINE de MARGON

 

C) Probablement à nouveau veuf, Jerome aura 4 autres enfants au moins avec une autre noble asiatique HUYNH Thi Nam (née en 1869), enfants qu’il reconnaitra et dont il epousera la mere : Il décéde le 13 novembre 1912 à Saïgon: son acte de deces mentionne la profession de publiciste voir acte deces

d’ou les enfants suivants dont l’ordre n’est pas établi ...

a) Gabrielle LE MOINE DE MARGON née le 13 septembre 1895 à Saïgon voir acte naissance, née et reconnue sous le patronyme de sa mére puis reconnue le 21 janvier 1897 par son pére, mariée le 30 septembre 1914 avec Edouard MACQUIN, lui-même eurasien ………… voir acte mariage

 

Gabrielle LE MOINE de MARGON et Edouard MACQUIN

 

et 12 enfants voir descendance . En raison de la guerre, ils sont venus en France en 1946.

b)Jean LE MOINE DE MARGON, professeur d’anglais en Cochinchine

c) Yvonne décédée à l’age de 18 ans d’une crise d’appendicite sans descendance

d) Marcelle, née le 20/12/1899 à Saïgon

e) Henriette. Elle a eu un fils hors mariage, Joseph Marie Raymond LE MOINE de MARGON né le 18 avril 1910 à Cantho (Viet-Nam)

voir acte naissance et décédé le 2 aout 1967 à Paris qui eu d’un premier mariage avec une viet-namienne nommee TRAN KIM KIEU une fille, un fils, une fille puis d un second mariage avec une autre vienamienne nommee TRAN THI NU une fille et un fils… voir descendance

La totalité des descendants vivent en France.

Henriette LE MOINE de MARGON Henriette LMDM et son fils JosephHenriette LMDM et son fils JosephJoseph marie raymond LE MOINE de MARGON

 

7- Jeanne Josephine Marthe Marie LE MOINE DE MARGON née le 4 fevrier 1859 à Margon (34) voir acte naissance et décédée en 1934 vers Nancy celibataire sans posterite....Membre de la societe archeologique de Beziers.

Elle aurait écrit la poesie « vengeance » parue dans le bulletin de la SOCIETE AGRICOLE SCIENTIFIQUE ET LITTERAIRE DES PYRENEES-ORIENTALES en 1892.

 

 

voir intoduction page 35

voir suite intoduction page 44

 voir suite intoduction page 45

voir poeme page 47

 voir suite poeme page 48

 voir suite poeme page 49

voir suite poeme page 50

voir suite et fin poeme page 51

Elle fut également publié dans la « revue félibréenne » de 1893 pour une poésie en provençal :

Voir poesie